10/2/18

. Appel à candidature : Participez au recueil PolarLens 2019

Participez au recueil de PolarLens 2019



« Fées d’hiver »À l’occasion de la vingt-troisième édition de PolarLens, la ville de Lens vous offre l’opportunité d’écrire une nouvelle dans le cadre d’un recueil qui sortira lors de l’édition 2019 de PolarLens.Vous vous sentez l’âme d’un romancier en herbe ? Plus une minute à perdre, tentez votre chance !


Inutile de vous le cacher, nous avons un gros souci et nous comptons sur vous pour nous sortir de ce mauvais pas. À cause d’une faute d’orthographe irrécupérable, le sujet du concours devant porter sur les « faits divers » se retrouve être les « fées d’hiver ». Aidez-nous à retomber sur nos pattes en écrivant une nouvelle fraîche commençant comme un conte de fées et déviant progressivement vers la dure réalité.

Les contraintes


Chaque participant écrira une nouvelle policière d’une longueur de moins de 10 000 signes sur le thème. Il devra y intégrer pas moins de quatre contraintes :

  • La nouvelle devra commencer comme un conte de fées.
  • Tout ou partie de l’action se passera dans le froid ou en hiver.
  • Une oeuvre d’art devra apparaître dans le cours de l’intrigue.
  • L’un des personnages devra porter le prénom d’un personnage de conte (ou un surnom en rapport avec un personnage de conte), en avoir les caractéristiques majeures sans que le conte ne soit cité.

Première étape


Vous avez vingt lignes (pas une de plus !) pour nous convaincre de vous retenir pour cette aventure littéraire inédite.Soyez originaux, convaincants, stylés, surprenants. Envoyez votre demande avant le 31 octobre 2018 à l’adresse suivante : polarlens@mairie-lens.fr

Les auteurs des courriers les plus séduisants pourront nous soumettre leur nouvelle.

Modalités du concours

 

  • Concours non rétribué. Les lauréats abandonneront les droits de leur texte et verront leur nouvelle publiée dans un recueil offert aux participants le jour du Salon ;
  • Lettre de motivation au format numérique de vingt lignes maximum ;
  • Chaque envoi devra faire apparaître l’identité complète du candidat, son adresse postale, sa date de naissance et un numéro de téléphone ;
  • Seuls les candidats n’ayant jamais été publiés à compte d’éditeur peuvent prétendre participer au concours.


Pour toute question sur les modalités du concours, contactez David Boidin à : david@dbpro.fr

10/1/18

. Projection/débat : Marybeth Tinning, la mère aux neuf enfants décédés

« Quand les femmes tuent »

 

Samedi 8 décembre 2018 à 15h
Médiathèque de Loos-en-Gohelle
Allée de la Fosse 15

 

MARYBETH-TINNINGEn partenariat avec la ville de Loos-en-Gohelle
Projection d’un documentaire de Stéphane Bourgoin, « Marybeth Tinning, la mère aux neuf enfants décédés », tiré de la série « Serial killers – Stéphane Bourgoin enquête ».

Le débat avec Stéphane Bourgoin sera suivi d’une séance de dédicaces.

 

Entrée gratuite sur réservation polarlens@mairie-lens.fr ou sur le formulaire ci-contre. Merci de bien vouloir indiquer vos noms, prénoms, le nombre de participants ainsi qu’une adresse et un contact téléphonique.

Code de sécurité:
security code
Merci d'entrer le code de sécurité:

Envoyer
09/13/18

. [REPORTE] Daniel Bourdon revient sur l’affaire Brigitte

Brigitte, acte II

Quarante-six ans après les faits, Daniel Bourdon aurait-il enfin retrouvé le meurtrier de Brigitte ?

 

Reporté au samedi 15 décembre 2018 à 15h
Médiathèque Robert-Cousin

 

polarlens-bourdon

Daniel Bourdon

En janvier 2017 paraît Brigitte, histoire d’une contre-enquête (Ravet-Anceau), un récit dans lequel Daniel Bourdon révèle des éléments inédits sur l’affaire de Bruay-en-Artois. Suite à cette publication, l’auteur recueille les confidences de nombreux témoins qui, jusqu’à maintenant, n’avaient jamais parlé.

Grâce à ces nouvelles déclarations, l’ancien flic poursuit son enquête. Jusqu’au jour où un appel le bouleverse : une femme affirme savoir qui est le meurtrier de la jeune Brigitte Dewèvre. Elle lui donne un nom. Guidé par ses réflexes de policier, Daniel Bourdon exploite cette incroyable révélation, sonne aux portes, sollicite ses contacts. Toutes les pistes convergent vers un même coupable…

 

Dédicaces à l’issue de la rencontre
Entrée gratuite sur réservation polarlens@mairie-lens.fr ou sur le formulaire ci-contre. Merci de bien vouloir indiquer vos noms, prénoms, le nombre de participants ainsi qu’une adresse et un contact téléphonique.

 

Code de sécurité:
security code
Merci d'entrer le code de sécurité:

Envoyer
09/13/18

. Projection/débat : un couple diabolique [COMPLET]

[COMPLET]
« Un couple diabolique : Michel Fourniret et Monique Olivier »

 

Samedi 27 octobre 2018 à 15h
Médiathèque Robert-Cousin

stephane-bourgoin-conference-lens-polarlens-large

A la veille d’un nouveau procès qui se tient du 13 au 16 novembre 2018, le parcours criminel de « L’Ogre des Ardennes » recèle encore de nombreuses zones d’ombres, notamment une période de dix années (entre 1990 et 2000) où l’on n’a pas encore retrouvé de meurtres alors qu’ils sont actifs et multiplient les délits.

Projection d’un documentaire de Stéphane Bourgoin, « Michel Fourniret, l’Ogre des Ardennes », tiré de la série « Serial killers – Stéphane Bourgoin enquête ».

Suivie d’une séance de dédicaces en avant-première du nouvel ouvrage de Stéphane Bourgoin, « L’Ogre des Ardennes – Les derniers secrets de Michel Fourniret » (parution  7 novembre aux éditions Grasset).

La séance affiche complet
Entrée gratuite sur réservation polarlens@mairie-lens.fr ou sur le formulaire ci-dessous. Merci de bien vouloir indiquer vos noms, prénoms, le nombre de participants ainsi qu’une adresse et un contact téléphonique.

Code de sécurité:
security code
Merci d'entrer le code de sécurité:

Envoyer
04/30/18

. Rencontre avec Franck Thilliez le 17 mai

franck-thilliez-manuscrit-inacheve-fleuve-noirLe manuscrit inachevé

Franck Thilliez présente son nouveau livre au théâtre le Colisée le 17 mai 2018



A l’occasion de la sortie de son dernier roman « Le manuscrit inachevé », la ville de Lens en partenariat avec le Furet du Nord vous convie à une rencontre avec Franck Thilliez. Venez discuter avec l’un des plus grands auteurs de polar français. Une séance de dédicaces est également prévue à l’issue de la rencontre.

Jeudi 17 mai 2018 – 18h

Théâtre le Colisée, 12 rue de Paris
Entrée gratuite

Pour participer, rien de plus simple. Remplissez ce formulaire en n’oubliant pas de mentionner le nom et prénom des participants, ainsi qu’une adresse et un numéro de téléphone.

Code de sécurité:
security code
Merci d'entrer le code de sécurité:

Envoyer
04/16/18

. Exposition – Baker Street

baker-street

Baker Street est une rue de la Cité de Westminster à Londres. Il y plane les ombres de Sherlock Holmes et du Docteur Watson ainsi qu’une ambiance qu’on ne rencontre nulle part ailleurs. Elle symbolise le polar anglais dans toute sa splendeur et il était tout naturel qu’elle devienne le titre d’une exposition photographique. La réalisation des images noir et blanc qui pourraient devenir des scènes de crime et qui potentiellement pourraient inspirer des auteurs et leur offrir « l’écrin » dans lequel ils pourraient imaginer leurs dramatiques histoires. Là, dans cette cour en contre-bas, derrière le linge qui sèche les couteaux pourraient se déchaîner. Ici, non loin de la Tate Modern, la future victime ne sait pas ce qui l’attend. Un taxi véhicule de lourds secrets. Le métro réserve de surprenantes rencontres.Les fantômes de la Tour de Londres vont se réveiller.

Chaque photographie véhicule un potentiel d’imaginaire et Londres vue au travers du prisme du roman policier peut se révéler très inquiétante…Ouvrez l’œil, derrière chaque pan de mur, votre vie peut basculer !

Du 15 mai au 1er juin 2018

Galerie du théâtre le Colisée
Rue de Paris
Entrée libre

03/28/18

. Pol’art au musée

PolarLens s’invite au musée du Louvre-Lens le samedi 14 avril 2018

 

  • Samedi 14 avril de 14h30 à 15h30
    « D’Arsène Lupin à Robert Langdon, polar au musée »
    avec Cédric Hannedouche, professeur agrégé, docteur en Langue et Littérature françaises, université d’Artois.
  • Samedi 14 avril de 15h30 à 17h
    « Scènes de crimes au Louvre »
    suivie d’une séance de dédicace avec Christos Markogiannakis, ancien avocat pénaliste,auteur de romans policiers.

 

Centre de ressources du musée du Louvre-Lens
Gratuit dans la limite des places disponibles
Renseignements et réservations au 03 21 18 62 62

01/23/18

. Nuit Serial Killers, le retour…

polarlens-2014-Les tueurs de la route

C’est le retour de la nuit serial killers le 17 février au Colisée

Stéphane Bourgoin, criminologue, spécialiste des tueurs en série vous propose une nouvelle plongée dans l’univers des tueurs en série. C’est une nouvelle nuit blanche avec pour thème « Les tueurs de la route », à laquelle nous vous invitons le samedi 17 février 2018 au Théâtre Municipal Le Colisée de Lens.

Programme

20h – Les tueurs de la route

Documentaire – 55 minutes

  • Beaucoup de tueurs en série sont nomades, et c’est cette mobilité même qui les rend si difficiles à traquer. Comment repérer ces routiers ou routards du crime, quels sont les moyens dont disposent les enquêteurs pour coordonner leurs investigations lorsque les scènes de crime sont éparpillées sur plusieurs milliers de kilomètres ?
  • Arrêté dans le Tennessee, le routier Bruce Mendenhall a tué des prostituées et des fugueuses dans plusieurs Etats ; en Europe, c’est le routier allemand Volker Eckert, surnommé le « Tueur au Polaroïd » pour sa manie de photographier les corps de ses victimes, qui a sévi en Allemagne, en Espagne et en France.
  • En Champagne-Ardennes, l’adjudant Pierre Chanal est le présumé responsable des enlèvements et assassinats de jeunes appelés du contingent qui font de l’auto-stop dans l’affaire des « Disparus de Mourmelon ».

21h – Débats avec le public

 

22h – Pause-café

 

22h15 – Stéphane Bourgoin raconte : William Cook, l’auto-stoppeur de la mort

Documentaire – 13 minutes

« Je vais vivre sur la route et je ne connais qu’une seule loi, celle de mon flingue, » déclare William Cook à son père. Auto-stoppeur, routard du crime, il assassine six personnes, dont trois enfants en 1950-51. Il est exécuté dans la chambre à gaz de San Quentin le 12 décembre 1952. Cook est affligé d’une tare physique qui l’empêche de clore ses paupières, même lorsqu’il dort.

Son cas inspire The Hitch-Hiker (« Le voyage de la peur »), un formidable film noir réalisé par l’actrice Ida Lupino.

22h30 – Le voyage de la peur (The Hitch-Hiker)

1953 – Fiction – 71 minutes

Deux amis qui se rendent à une partie de chasse prennent en stop un dangereux psychopathe. Cet homme, un tueur en série, fait d’eux ses otages et les oblige à franchir la frontière du Mexique pour échapper aux forces de l’ordre. Le seul film noir à avoir été réalisé par une femme, Ida Lupino, l’inoubliable partenaire de Humphrey Bogart dans « High Sierra » de Raoul Walsh. Basé sur l’histoire vraie du serial killer William Cook qui, au début des années 1950, massacre six personnes dont trois enfants, avant d’être exécuté le 12 décembre 1952. « Un très bon choix d’acteurs et une bonne direction. Un excellent policier. » Bertrand Tavernier & Jean-Pierre Coursodon (50 ans de cinéma américain).

Samedi 17 février – 20h (dédicaces à partir de 19h)
Théâtre Municipal Le Colisée
12, rue de Paris à Lens
Animation gratuite pour public averti
Sur réservation : polarlens@mairie-lens.fr
(n’oubliez pas d’indiquer le nom des participants)

Code de sécurité:
security code
Merci d'entrer le code de sécurité:

Envoyer
01/23/18

. Dictée assassine au Louvre-Lens

polarlens-2014-3

A qui la faute ?

Venez tester vos talents en orthographe
le samedi 10 février au Louvre-Lens

Julien Soulié, professeur de lettres classiques et auteur d’Exercices d’orthographe pour les Nuls, vous a concocté une dictée des plus assassines. Saurez vous survivre aux accords, aux accents ou au passé-composé ? Pour le découvrir, veuillez vous inscrire dans l’une des trois catégories ( juniors, adultes amateurs et adultes professionnels).

Samedi 10 février 2018 à 15h
Centres de ressources, auditorium du musée du Louvre-Lens
Gratuit, dans la limite des places disponibles [Complet]
Renseignements et réservations par mail sur polarlens@mairie-lens.fr ou via le formulaire ci-dessous
(n’oubliez pas d’indiquer le nom des participants ainsi que la catégorie choisie)
En partenariat avec le Louvre-Lens et le Furet du Nord


Souverains poncifs, revivez la dictée comme si vous y étiez


En cette ère post-vérité où les papes de l’intox font foi, soyons honnêtes : que de stéréotypes, quelquefois drolatiques, souvent pathétiques, a-t-on véhiculés sur le Sud et les Méditerranéens ! Que de contre-vérités ont été répandues sur cette gent exubérante, à l’accent et aux jurons si chantants – on songe évidemment au con plaisant des Toulousains valant bien peuchère sur la Canebière ! Combien de cacous marseillais basanés, naviguant entre galéjade(s) et hâle(s) bis, ont été coulés par des a priori bateau… À quand, d’ailleurs, des mots-dièse tels que « Balance ton Vieux-Port » !

(Fin pour les juniors)

Longtemps se sont perpétués et ressemblé, sur l’Ancien Continent, querelles meurtrières et différends assassins, qui ont rendu quasi convaincants – quoique le legs des Lumières n’eût dû laisser aucunes ténèbres dans nos consciences – des clichés négatifs. Les Italiens ? Au mieux, des gouapes brun foncé doublées d’esbroufeurs machos ; au pis, des tifosi(s) exaltés, pignoufs du pignon, voire d’intrigants mafiosi aux tentacules mortels – la Pieuvre à l’appui, oserait-on dire. Les Portugais ? Forts d’arguments que nous croyions béton, nous nous sommes imaginé que ces férus d’échiffre(s) sont venus en nombre faire le mur à coup(s) de placoplatre ! Quant à leurs épouses, ce seraient des bignoles à la villosité axillaire tout hirsute : de quoi les prendre pour de bon à rebrousse-poil !

(Fin pour les adultes amateurs)

Sus à ces pseudo-parlers-vrai provocs, s’il en fut ! Du reste, il siérait que nos vraies gens des Hauts-de-France, réduits parfois aux pauses(-)café arrosées – car à bistouille(s) –, se ressouvinssent qu’ils se sont vu ô combien dénigrer… Décri déchirant : d’abord, il fut impossible de remettre en selle leurs filatures ; puis, l’écheveau disparu, on passa au chevalet abandonné : au rancart, les Sisyphes endogés, boiseurs n’ayant pour tout raucher que leurs étançons et la foi du charbonnier…
Las ! jenny et lorry sont désormais des clichés sépia dont on n’a gardé qu’une bobine triste et une mine effondrée : avec le temps, on eut tôt fait d’oublier le dernier cardeur, et il n’est guère aujourd’hui que le climatosceptique de la Maison(-)Blanche pour lâcher son post, twitteur pithiatique : « Houille, houille, houille ! »

(Fin pour les adultes professionnels)